Je délivre le monde des douleurs du coming out mais pas encore sur tous les écrans.
Connectez-vous avec un ordinateur moderne à grand écran et découvrez ma méthode révolutionnaire!
Je compte sur vous!
Retrouvez tous mes Easyfiles, c’est OPEN et c’est en dessous

Le dire ou le taire ?

Sortir du placard, certes, mais comment s’opère cette décision ? Le dire à ses parents, est-ce s’exposer à l’exclusion ? Sans compter que ceux-ci se retrouvent ensuite avec une sorte de coming out à effectuer car ils doivent expliquer l’homosexualité de leur enfant à leur entourage. Toutes ces questions se posent dans un contexte parfois difficile : l’homosexualité est parfois violemment rejetée, que ce soit dans le système scolaire, sur Internet, ou dans certains pays du monde. Relève-t-elle de la vie privée ou est-elle politique, comme ces slogans des années 70 qui martelaient que “le privé est politique” ? Et que penser de la pratique - contestée - de « l’outing » ?

Homophobie

Wikimedia

Wilfred De Bruijn, juste après son agression en avril 2013

Le coming out ou le suicide

Le terme “homophobie” n’est apparu dans le dictionnaire qu’en 1997. Et pourtant, l'homophobie est partout. Qu’elle s’exprime sur Internet, dans les médias, dans les défilés de la “Manif pour tous”, à l’école ou en famille, dans des lois répressives dans le monde, une seule constante : elle fait mal. Et peut, hélas, mener au pire…

Au commencement, il y a l’injure. Celle que tout gay peut entendre à un moment ou à un autre de sa vie, et qui est le signe de sa vulnérabilité psychologique et sociale (...) Ce sont des agressions qui marquent la conscience.

Didier Eribon, "Réflexions sur la question gay"

88%

des salariés homosexuels interrogés ont au moins une fois ressenti une homophobie (rejet ou dénigrement), ou été victimes ou témoins d’homophobie.

12% déclarent avoir été mis hors jeu lors d’une promotion au moins une fois durant leur parcours professionnel et 8% lors d’une embauche.

Enquête HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) - 2008

Bromance

Les One Direction

Un couple se cache sur cette photo, saurez-vous le retrouver ?

Le boys band One direction et la théorie du complot (gay)

Prenez un boys band internationalement connu au comportement très tactile (entre eux), des jeunes filles un peu hystériques, saupoudrez d’un peu d’Internet, enfournez le tout dans un contexte où de plus en plus de célébrités font leur coming out. C’est prêt : vous obtenez une rumeur persistante incluant l’homosexualité de deux membres du groupe !

Placard pour tous

Source : Wikimedia

"J'aime mon fils homo et son fabuleux petit-ami"

Le coming out : une affaire de famille

En général, on fait son coming out en premier lieu aux parents. Mais comment ceux-ci en parlent à leurs proches, à leurs amis, voire à leurs propres parents ?  Et comment faire face aux remarques désobligeantes ? Nous avons posé la question à une spécialiste.

Think different

Pochette du tube "I'm coming out" de Diana Ross

Coming out : à chacun sa méthode

Où l’on constate que les Français ont encore des progrès à faire en terme d'originalité…

Transparence

Source : LePost

Renaud Donnedieu de Vabres fut ministre de la Culture de 2004 à 2007

L'"outing" en politique : une timidité bien française

L’"outing", qui consiste à révéler l’homosexualité d’une personne contre sa volonté, se pratique dans de nombreux pays… Sauf en France, où l’argument invoqué est celui de la “vie privée”. Pourtant, depuis quelques années, quelques voix s’élèvent pour la défendre, surtout à l’égard des personnalités politiques dont les idées sont en contradiction avec leur vie privée.

Outings posthumes

Wikimedia

L’écrivain François Mauriac
L’auteur de Thérèse Desqueyroux est mort en 1970. Une très récente biographie (écrite par Jean-Luc Barré, Fayard, 2014) lève le voile sur ses amours masculines, révélant au passage que ses précédentes biographies, comme celle de Jean Lacouture, avaient fait l’impasse sur cette question, quitte à féminiser le nom d’un de ses amants ! Nul doute que l’écrivain catholique n’aurait pas apprécié que la chose soit rendue publique, comme le laisse entendre le témoignage de l’écrivain Daniel Guérin, avec qui Mauriac a beaucoup échangé autour de sa “souffrance homosexuelle”. L’auteur d’Un nid de vipères lui aurait écrit ceci :

"Tout simplement, et au nom de notre vieille amitié, je vous demande de me restituer ce qui, dans cette correspondance, est trop personnel pour que je puisse exposer les miens au risque d'une publication posthume. Non qu'il y ait rien là dont j'aie à rougir. Mais enfin, cette crise d'il y a trente-quatre ans dont vous avez été le témoin, vous comprendrez que je ne souhaite pas la voir exposée à la curiosité (à supposer qu'on s'intéresse à moi, après moi, pour se poser des questions sur le pauvre être que je fus entre 1924 et 1928!...)."

Wikimedia

Le leader politique d’extrême-droite Jorg Haider
Le politique autrichien, marié et père de deux enfants, a lui aussi été "outé" juste après sa mort, et ce par son amant, sur les ondes de la radio publique autrichienne. C’était en 2008. "Il était l'homme de ma vie", a alors déclaré Stefan Petzner, alors porte-parole de sa formation politique. Cela dit, quelques temps plus tard, interrogé sur ce point par un journaliste suisse, celui-ci a soigneusement éludé la question.

Wikimedia

L’ancien maire de New York Ed Koch
Décédé en 2013 à l’âge de 88 ans, son outing s’est opéré dans une nécrologie de huit pages du New York Times. Pourtant, la première version de l’article ne mentionnait pas cette information. Elle ne mentionnait pas davantage le sida, alors que l’épidémie ravageait la ville au moment où Ed Koch l’administrait. Par ailleurs de nombreux observateurs politiques ont imputé sa faible réaction face à l’épidémie à sa gêne quant à la question de l’homosexualité.

Ce n’est qu’après des plaintes et des commentaires agacés de lecteurs que le journal a ajouté ce paragraphe dans une seconde version de l’article : “Des centaines de New Yorkais étaient désespérément malades, mourant de ce qui fut une incroyable crise sanitaire publique. Certains observateurs, notamment appartenant à la communauté gay, l’ont accusé d’être un homosexuel au placard, réticent à l’idée de faire face à cette crise par crainte d’être exposé”.

1159

demandes d’accueil au Refuge sur l'année 2013. Cela représente 3 demandes d'asile d'urgence par jour en France.

L’homophobie en chiffres

En 2011, dans le cadre d’une Etude menée par le magazine Têtu, 31% des homosexuels interrogés affirmaient avoir été victimes d’agressions verbales.

En 2013, l’association SOS Homophobie a récolté 200 témoignages faisant état d’agressions physiques à caractère homophobe.

51 % des agressions commises en 2013 contre les homosexuel-le-s (insultes ou coups) se sont produites dans des lieux publics.

Enfin, en 2013, 1723 témoignages faisant état d’insultes à caractère homophobe ou transphobe émises sur Internet ont été transmis à SOS Homophobie. Soit une augmentation de 162 % par rapport à 2012. La moitié de ces cas concerne le réseau social Twitter.

commenter

blog comments powered by Disqus
Merci de revenir sur votre ordinateur, tablette, ou autres. Mais pas sur votre téléphone.
Merci de tourner votre écran!